Suivez-nous
Twitter
Facebook

Budget 2015 de Grenoble : nos critiques

23 Fév Budget 2015 de Grenoble : nos critiques

Budget 2015 présenté au conseil municipal de Grenoble : nos critiques

* Eric Piolle nous présente un budget qu’il qualifie de “contraint par la baisse des dotations”. Cela signifie qu’ils ne sont pas dans un esprit de gestion des affaires publiques au mieux des intérêts essentiels de la communauté mais toujours dans une attitude de dépenser au maximum tant que cela est possible.

* Leur objectif est une ville émancipatrice qui fait vivre «la diversité des cultures», soutient des «pratiques et des esthétiques culturelles diversifiées». Autrement dit, l’argent du contribuable va servir à développer encore plus le communautarisme.

* Affichage : Au lieu d’une recette de 150 à 600 mille euros, ils se sont privés de cette recette et inscrivent en dépense 250 mille euros. La manoeuvre écologiste grève le budget entre 400 et 850 mille euros. Le nouveau budget d’affichage ne tient pas compte du coût des innombrables dégradations qui étaient entièrement prises en charge par Decaux. L’ardoise sera au final bien plus élevée.

* Alpexpo : Ils dérogent au principe d’équilibre des budgets annexes L-2224. Ils financent sur le budget principal le déficit d’Alpexpo, environ 2 Me. Nous prenons acte de la nomination d’un nouveau directeur au profil mieux adapté mais nous constatons que la mairie a pris l’habitude de considérer Alpexpo comme un service public à la charge du contribuable. Il faut impéritavement un changement de mentalité et espérons qu’en 2016 Alpexpo sera enfin autonome et en équilibre.

* Stationnement : Ils dérogent au principe d’équilibre des budgets annexes L-2224. Ils financent 3,2 Me sur le budget principal. Ils expliquent que la construction de parkings en silo est due à la rareté des stationnements en voirie. Ce sont eux-même qui ont supprimé des milliers de places de stationnement. Le contribuable subit la triple peine – bouchons, difficultés de stationnement et taxes pour empirer la chose.

* Budget de fonctionnement en perte : Le budget proposé, bien qu’il fasse quelques efforts, a une section de fonctionnement qui laisse une épargne nette négative de 6,54 millions. C’est la première fois que la section de fonctionnement n’apporte pas sa quote part à la section d’investissement. Il reste encore de gros efforts à faire sur les économies.

– Le CCAS devrait diminuer de 10% ce qui rendrait moins attractive notre ville pour les personnes étrangères qui viennent engorger notre système social.

– Les frais de personnels restent inchangés alors que Grenoble a un absentéisme déplorable. Il est donc possible de diminuer ce poste tout en conservant la même efficacité.

– Eric Piolle a fait installer des chalets au Rondeau pour loger les Roms. Il vient ainsi de créer une jurisprudence qui laisse espérer aux autres membres de cette communauté qu’il suffit d’envahir un terrain vague pour être aidé par le contribuable. Trés mauvais signal !

 

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.