Suivez-nous
Twitter
Facebook

Démocratie locale : Intervention au Conseil municipal de Grenoble

Ornano3-web

01 Avr Démocratie locale : Intervention au Conseil municipal de Grenoble

Conseil municipal de Grenoble du 23 mars 2015

Intervention de Mireille d’Ornano, Présidente du Groupe Front National, à propos de la démocratie locale et de la création des conseils citoyens

 

Monsieur le Maire, mes chers collègues,

Ce texte, qui est assez inoffensif mais laissera beaucoup d’amertume chez ceux qui y croient, est encore une fois un pur produit de l’idéologie 68arde dont vous n’arrivez pas à sortir. A cette époque, Alain Krivine de la Ligue Communiste Révolutionnaire avait créé les CAL (Comités d’Actions Lycéens). On y trouvait les mêmes utopies que dans vos Conseils Citoyens Indépendants. Le Front de Gauche a remplacé la LCR mais les fondamentaux sont toujours là.

Tels qu’ils sont organisés, je devrais dire désorganisés, les conseils citoyens n’ont aucun pouvoir et leur droit de proposition se limitera à une question orale tous les deux mois environ, par secteur. Cependant vous en parlez avec des termes ronflants – artisans de la démocratie, co-construction de projets, mobiliser leur savoir d’usage, capacité d’interpellation etc. Les pauvres que vous aller piéger avec votre approche auront l’impression de pouvoir changer les choses mais se rendront vite compte qu’il n’en est rien. Quand on lit le fonctionnement, celui-ci est l’autogestion absolue. D’une assemblée sans organe exécutif où tout le monde est égal, on espère que va sortir par magie un consensus pour décider des sujets sur lesquels ils vont s’investir et ensuite des modalités de mobilisation. Cela n’a jamais marché et ne fonctionnera pas. Vos conseils vont suivre les échecs des essais passés en 2002 car trés vite ils seront dirigés par quelques vieux militants trés politisés et délaissés par les premiers volontaires. Vous allez créer une Association de Gestion des Conseils dont on ne connaît pas le mode de recrutement ni de fonctionnement. Mais déjà vous voulez nous engager à la reconnaître. On n’apprécie pas cette méthode plutôt brutale.

Ce sera la grande désillusion.

Ce qui nous paraît grave est la façon d’introduire des caractères essentiellement politiques dans des instances citoyennes.

Avec la parité une nouvelle fois imposée vous vous trompez de principe. Vous continuez la politique détestable de quotas menée par le gouvernement. Il ne faut prendre en compte que les compétences et la motivation à accomplir la tâche qui est confiée.

Vos Tables de quartier sont limitées aux territoires prioritaires de la politique de la ville. C’est un euphémisme pour désigner les protégés de la république. Vous leur donnez le droit extraordinaire d’êtres reconnus par la Métro comme interlocuteurs valables. Il y a donc une mise à l’écart effective des représentants des autres quartiers lesquels auront moins leur mot à dire dans la conduite des affaires mais qui seront, on peu le supposer, fortement sollicités par vos services pour financer les dépenses à venir. Il est inadmissible de rompre le principe d’égalité et de justice sociale aussi violemment. Que l’on soit un “protégé de la République” ou un “taxé de la République”, les idées que l’on peut présenter au niveau d’un quartier sont toutes aussi valables et recevables.

Nous ne voyons pas non plus pourquoi on va créer une commission thématique tout spécialement pour les résidents étrangers. Ce qui ressort de ce projet est qu’un étranger vivant en zone sensible aura plus de droit d’expression que les autres. Que faites-vous des nationaux?

Vous avez une vision de la démocratie qui nous fait peur, raison pour laquelle nous voterons contre cette délibération.

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.