Suivez-nous
Twitter
Facebook

Non à la république compassionnelle

10 Sep Non à la république compassionnelle

“Non à la république compassionnelle”

Communiqué de Mireille d’Ornano :

Comme on pouvait s’y attendre, la municipalité grenobloise rejoint les villes qui veulent accueillir de nouveaux immigrés. Il aura suffi de l’instrumentalisation abjecte de la mort d’un enfant, aboutissement d’un matraquage médiatique qui a fait passer ces personnes du statut de clandestin à celui de migrant puis de réfugié. Il y a un an, nous avions déjà plus de 6.000 demandes d’hébergement d’urgence non satisfaites, mais M. Piolle souhaite augmenter ce nombre. On a les moyens paraît-il, c’est l’Etat qui paie.

On trouve normal qu’une personne habitant un pays en guerre choisisse sa destination comme un simple touriste et que le pays concerné soit obligé de l’accueillir aux frais de l’habitant. Cette immigration n’est en aucun cas temporaire, ni limitée aux Syriens ou Érythréens pour la bonne raison que l’Etat n’a aucun moyen de discriminer les réfugiés politiques des réfugiés économiques. Il s’agit d’une véritable invasion qui joue sur les sentiments pour atteindre son objectif. Elle s’apparente à l’immigration de nos ancêtres en Europe au IVe et Ve siècle. La décision de ces maires montre leur incapacité à analyser une situation et à prévoir les conséquences de leurs actes à long terme – école, structures d’aide sociale, impôts, immobilier, création de ghettos. Leur rôle est de satisfaire les besoins des habitants, pas de leur imposer un fardeau supplémentaire.

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.