Suivez-nous
Twitter
Facebook

La Commission instrumentalise la lutte antifraude pour réduire encore la souveraineté des États !

Capture d’écran 2016-04-08 à 12.46.09

08 Avr La Commission instrumentalise la lutte antifraude pour réduire encore la souveraineté des États !

La Commission instrumentalise la lutte antifraude pour réduire encore la souveraineté des États !

Lors de la séance plénière de mars, le rapport d’initiative sur la protection des intérêts financiers de l’Union européenne et la lutte contre la corruption a été le prétexte à un renforcement des pouvoirs de la Commission et de ses substituts. Il suggère que celle-ci audite les États membres et reprend sa proposition d’instaurer un Parquet européen aux pouvoirs judiciaires étendus, comprenant la lutte antifraude. Il va jusqu’à exiger des Cours des comptes des États un rapport public sur l’utilisation des Fonds européens. Enfin, il s’alarme d’une baisse des recettes de TVA ou des droits de douanes – ressources propres traditionnelles – tout en se félicitant des accords commerciaux en vigueur et en invitant à un renforcement du marché unique. Pour ces raisons et afin de défendre ce qu’il reste de souveraineté aux États, Mireille d’Ornano a voté contre ce texte.

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.