Suivez-nous
Twitter
Facebook

Glyphosate : le FN choisit la prudence et demande un avenir durable pour l’agriculture

14 Avr Glyphosate : le FN choisit la prudence et demande un avenir durable pour l’agriculture

“Glyphosate : le Front National choisit la prudence et demande un avenir durable pour l’agriculture”

Communiqué de presse de Mireille d’Ornano, cosigné par Sylvie Goddyn, Jean-François Jalkh, Joëlle Mélin, Edouard Ferrand et Philippe Loiseau, Députés français au Parlement européen :


Les députés du Front national en commission Environnement avaient déposé une objection à l’autorisation du renouvellement du glyphosate par la Commission européenne, substance active considérée comme “probablement cancérigène” par l’OMS mais fortement présente dans l’alimentation. Le glyphosate est à la base d’un herbicide répandu en Europe et largement utilisé.

Le Front national a maintenu sa position en s’opposant au nouveau texte de l’objection proposé ce matin à Strasbourg.

Les députés patriotes saluent la restriction de l’utilisation de ce produit aux seuls professionnels, comme les agriculteurs. Il n’en demeure pas moins que la durée de renouvellement finalement décidée de 7 ans n’incite pas à chercher des solutions de substitution. La prudence s’impose dans ce domaine: la santé de nos agriculteurs et des consommateurs est en jeu !

Le Front national condamne dans le même temps les positions cherchant à interdire immédiatement cette substance. La crise qui frappe notre agriculture est suffisamment grave pour ne pas accabler les exploitants français.

Toutefois, le texte d’origine a été profondément modifié ce qui a poussé les députés du Front national à s’opposer à cette objection dont le sens original a été dévoyé.

Plus que jamais, le Front national se bat pour défendre une agriculture durable dans un esprit de pragmatisme et avait demandé de financer la recherche de solutions alternatives urgentes. Le Parlement européen a donc encore brillé par son absence de vision et de réalisme.

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.