Suivez-nous
Twitter
Facebook

L’Esplanade à l’épreuve de la coconstruction

Capture d’écran 2016-04-08 à 12.43.18

26 Avr L’Esplanade à l’épreuve de la coconstruction

“L’Esplanade à l’épreuve de la coconstruction”

Communiqué de presse de Mireille d’Ornano :


Voilà que la mairie est repartie pour un projet de construction et d’aménagement à l’Esplanade. La démocratie participative si chère à M Clouaire se heurte une fois de plus à son erreur originelle qui est de faire croire aux citoyens à un mécanisme de prise de décision allant de bas en haut alors que c’est impossible. Au final, la mairie arrive avec son projet dont le cadre est fixé par le “non négociable” et ne tiendra compte des avis d’en bas que sur des sujets secondaires. Le deuxième écueil de cette méthode est l’absence de participation citoyenne. Leur petit nombre n’est pas représentatif de la population concernée et leurs propositions sont bien évidemment trés personnelles, souvent éloignées de l’intérêt général que leurs élus ont le devoir de défendre sans se défausser.

Le projet va provoquer la dégradation rapide du quartier. On parle de 40% de logements sociaux et de 600 logements nouveaux, tout en rétrécissant le stationnement existant (non négociable). Dés le départ, le choix est fait d’équilibrer Grenoble en créant une Ville encore plus neuve dans sa partie nord. Ce n’est pas le bon choix. L’écologie et le bien-être des habitants sont mis en échec. Les gens disent qu’ils sont sensibles à la densité, qu’ils ont besoin d’aération et on leur propose d’entasser dans ce secteur clos 600 familles supplémentaires. De grâce, qu’on abandonne ces plans d’urbanisme délirants et que l’on plante des arbres au lieu de couler du béton.

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.