Suivez-nous
Twitter
Facebook

Cohésion et développement territorial : ne laissons pas l’UE appuyer une politique de la ville désastreuse

banlieues

01 Juin Cohésion et développement territorial : ne laissons pas l’UE appuyer une politique de la ville désastreuse

Cohésion et développement territorial : ne laissons pas l’UE appuyer une politique de la ville désastreuse

Explication de vote de Mireille d’Ornano :

Le rapport soumis au vote mardi 10 mai dernier défendait la création de nouveaux outils de développement territorial par le biais des ITI (investissement territorial intégré) et du DLAL (développement local mené par les acteurs locaux). Or, en France, le périmètre d’intervention des ITI correspond à la géographie prioritaire articulée avec la politique de la ville. Ce seront donc plus de fonds qui seront consacrés aux banlieues et aux territoires péri-urbains. En outre, les collectivités locales et les intercommunalités devront mobiliser des ressources financières conséquentes pour gérer la charge et la complexité administrative de ces outils et ce, malgré la création d’un groupe “de haut niveau d’experts indépendants”. Ce dernier était censé simplifier l’utilisation de ces fonds et lutter contre la surrèglementation. La politique urbaine étant une compétence exclusive des États membres, qui n’a pas à être instrumentalisée par l’UE, j’ai voté contre ce rapport.

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.