Suivez-nous
Twitter
Facebook

Question écrite sur les conséquences du travail de nuit sur la santé publique

Mireille D'ORNANO in European Parliament in Brussels

27 Juin Question écrite sur les conséquences du travail de nuit sur la santé publique

Question écrite de Mireille d’Ornano à la Commission sur les conséquences du travail de nuit sur la santé publique :

Un rapport du 22 juin 2016 de l’Agence nationale de la sécurité de l’alimentation, de l’environnement et du travail évalue les effets liés au travail de nuit en France. D’une part, la somnolence et la réduction du temps de sommeil total sont des effets “avérés”. D’autre part, le cancer, la diminution des performances cognitives, l’obésité, le diabète et les maladies coronariennes seraient des effets dits “probables”. En outre, sont considérés comme des effets “possibles” l’hypertension artérielle et les accidents vasculaires cérébraux.

S’ajoute à cela le risque d’accident, qui s’accompagne d’une plus grande pénibilité, de contraintes temporelles et de tensions plus fréquentes avec leurs collègues, le public et dans la vie sociale.

Pour finir, les coûts sociaux (absentéisme, garde d’enfants etc.) de l’emploi de 3,5 millions de personnes de nuit, soit 15 % des salariés en 2012, ne sont pas évalués, alors que le phénomène progresse dans les secteurs d’utilité sociale et dans les services.

1 / De quelles données la Commission dispose-t-elle quant aux effets du travail de nuit sur la santé ?

2 / Est-ce que la Commission reconnaît un lien entre l’exigence croissante de productivité dans l’économie et le recours croissant au travail de nuit ?

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.