Suivez-nous
Twitter
Facebook

Les migrants ne sont pas tous des réfugiés et leur arrivée massive n’est pas une chance pour la France

07 Sep Les migrants ne sont pas tous des réfugiés et leur arrivée massive n’est pas une chance pour la France

Les migrants ne sont pas tous des réfugiés et leur arrivée massive n’est pas une chance pour la France

Explication de vote de Mireille d’Ornano :

Le texte soumis au vote mardi 5 juillet opère un amalgame entre les termes de « réfugié » et de « migrant ». Or, la notion de « réfugié » présuppose à terme un retour dans le pays d’origine, à la fin du conflit. Par ailleurs, l’UE présente l’arrivée des migrants comme une « chance » pour nos sociétés, en termes d’ouverture socio-culturelle et comme solution à la crise démographique et au vieillissement de la population européenne. En outre, Bruxelles souhaite offrir un emploi aux réfugiés dans les 6 mois après leur demande, avec à la clé des formations en langues, des aides sociales, des emplois aidés ou encore l’interprétation sur le lieu de travail. Enfin, le rapport est pollué par la théorie du genre quand, dans le même temps, les risques terroristes sont passés sous silence. Il va jusqu’à soutenir la Commission lorsque celle-ci condamne les États membres qui n’ont pas mis en place les dispositions d’accueil des migrants. Pour ces raisons, j’ai voté contre.

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.