Suivez-nous
Twitter
Facebook

Relations UE-Tunisie : non à une immixtion européenne dans un pays déjà fragilisé

26 Sep Relations UE-Tunisie : non à une immixtion européenne dans un pays déjà fragilisé

Relations UE-Tunisie : non à une immixtion européenne dans un pays déjà fragilisé

Explication de vote de Mireille d’Ornano :

Il s’agit d’un rapport de situation avec proposition d’approfondissement de la coopération UE-Tunisie dans le cadre de la politique de voisinage. Il convient de rappeler que l’UE n’a ni vocation ni droit à s’immiscer dans le domaine des affaires étrangères. De plus, l’action de l’UE depuis les « printemps arabes » s’est avérée délétère dans l’ensemble de la zone concernée. La Tunisie est un pays convalescent, non stabilisé depuis la prise de pouvoir des islamistes dits « modérés ». Par leur faute, cette oasis de développement, au sein d’une zone en crise, a perdu dix ans d’efforts économiques. Si le rapport semble anodin, il reste néanmoins en faveur d’une intervention de l’UE particulièrement préjudiciable pour la France, dont la Tunisie fait partie de la zone d’influence naturelle. Aussi, j’ai voté contre ce texte soumis au vote mercredi 14 septembre 2016.

 

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.