Suivez-nous
Twitter
Facebook

QE : Virus de l’immunodéficience humaine et crise des migrants

depistage

31 Oct QE : Virus de l’immunodéficience humaine et crise des migrants

Virus de l’immunodéficience humaine et crise des migrants : question écrite de Mireille d’Ornano


Entre 2007 et 2012, 39% des nouveaux cas de Virus de l’immunodéficience humaine (VIH) détectés dans l’Union européenne étaient attribuables à des migrants. Dans 54.3% des cas, il s’agissait de ressortissants d’Etats d’Afrique subsaharienne.

En 2015, l’Union européenne a accueilli environ 1.5 millions de migrants, pour l’essentiel en provenance d’Etats à forte prévalence du VIH.

Le coût élevé de prise en charge sanitaire du VIH par les services de santé publics européens, qui s’élevait en France à 1.1 milliard d’euros pour le seul régime général de la Sécurité Sociale, est d’autant plus préoccupant que le traitement de cette pathologie chronique se prolonge tout au long de la vie du patient.

Compte-tenu de ces éléments, la Commission préconise-t-elle un dépistage systématique du VIH chez les migrants à l’entrée sur le sol de l’Union européenne ou de l’un de ses Etats membres ?

Comment la Commission évalue-t-elle l’impact de la prise en charge d’un nombre croissant de personnes séropositives par les systèmes de santé nationaux des Etats membres ?

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.