Suivez-nous
Twitter
Facebook

Le «Semestre européen» incarne la confiscation de la politique économique des États par l’UE

commission

17 Nov Le «Semestre européen» incarne la confiscation de la politique économique des États par l’UE

Supranational, ultralibéral : le « Semestre européen » incarne la confiscation de la politique économique des États par l’UE

Explication de vote de Mireille d’Ornano :

Ce rapport visait à faire le point sur le Semestre européen et ses recommandations économiques aux États. Malgré une refonte de son format l’an dernier, avec des recommandations plus précises, moins nombreuses et adressées davantage en amont des lois de finances nationales, le principe reste le même. Il s’agit d’imposer des réformes structurelles et la libéralisation des marchés. Pour mémoire, l’UE avait envisagé, pour la première fois, de suspendre le versement des fonds structurels à l’Espagne et au Portugal pour non-respect de ce type de recommandations. Ce rapport multiplie les poncifs sur les incertitudes macroéconomiques, la nécessité d’investissements ciblés et la création d’emplois. Malgré des éléments positifs relatifs aux inégalités ou à la compétence des États en matière sociale, le texte vante l’apport de l’immigration pour compenser le vieillissement de la population. Étant opposée à ce Semestre et à sa logique supranationale et ultralibérale (marché intérieur, concurrence) et au refus de dénoncer l’attitude de l’Allemagne ou le rôle de l’euro dans les déséquilibres macroéconomiques, j’ai voté contre.

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.