Suivez-nous
Twitter
Facebook

L’UE n’a pas à déstabiliser des pays tiers pour leur imposer des considérations liées au genre

gender-1341368_960_720

21 Déc L’UE n’a pas à déstabiliser des pays tiers pour leur imposer des considérations liées au genre

L’Union européenne n’a pas à déstabiliser des pays tiers pour leur imposer des considérations liées au genre

Explication de vote de Mireille d’Ornano :

J’ai voté contre le texte relatif aux “droits de la femme” dans les États du partenariat oriental. Il concerne six États : l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Biélorussie, la Géorgie, la Moldavie et l’Ukraine. Il tire son inspiration de la théorie du genre : il appelle notamment les États à sanctionner les « insultes et les stigmatisations » envers les personnes LGBTI dans l’espace public ou dans les services publics. Il appelle également à une protection spécifique en faveur d’une certaine catégorie de femmes : femmes pauvres, migrantes, issues des minorités ethniques. Certains points, comme la dénonciation du trafic d’êtres humains, sont positifs. Néanmoins, nous ne saurions cautionner l’ingérence inacceptable opérée par ce texte dans les politiques d’États souverains.

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.