Suivez-nous
Twitter
Facebook

Proposition de résolution sur la résistance aux antibiotiques et le traitement de la Neisseria gonorrhoeae

bacteria-808158_960_720

09 Jan Proposition de résolution sur la résistance aux antibiotiques et le traitement de la Neisseria gonorrhoeae

Proposition de résolution de Mireille d’Ornano sur la résistance aux antibiotiques et le traitement de la Neisseria gonorrhoeae :

Le Parlement européen,

– vu l’article 158 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne,

– vu l’article 133 de son règlement,

A. considérant que la gonorrhée affecte annuellement 78 millions de personnes et que sa prévalence dans l’Espace économique européen est passée de 8 à 20 cas pour 100 000 habitants entre 2008 et 2014;

B. considérant que la gonorrhée peut provoquer l’infertilité et multiplie par deux ou trois le risque d’infection au VIH;

C. considérant que les traitements antibiotiques contre la gonorrhée sont efficaces dans environ 95 % des cas, mais que des cas d’antibiorésistance ont été rapportés dans 36 États et que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) considère cette antibiorésistance comme un problème de santé publique majeur;

D. considérant que, dans son rapport pour 2014, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) recommande, notamment, le ceftriaxone et l’azithromycine, malgré l’antibiorésistance croissante;

1. encourage la Commission européenne, par le truchement de l’ECDC, à actualiser ses recommandations sur la gonorrhée en s’appuyant sur celles de l’OMS (2016) et à intensifier la surveillance de l’antibiorésistance;

2. encourage les États membres à actualiser leurs recommandations en fonction des cas d’antibiorésistance rapportés par leurs autorités sanitaires.

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.