Suivez-nous
Twitter
Facebook

Question écrite sur l’utilisation du phosphate de calcium comme adjuvant vaccinal

vaccin2

13 Avr Question écrite sur l’utilisation du phosphate de calcium comme adjuvant vaccinal

Question écrite de Mireille d’Ornano sur l’utilisation du phosphate de calcium comme adjuvant vaccinal :

Les effets indésirables de l’ingestion d’aluminium par l’être humain font l’objet d’un consensus scientifique. En particulier, une étude dirigée par le professeur Wisniewski en 1982 aux États-Unis a démontré les propriétés neurotoxiques de l’aluminium et le fait que l’aluminium est associé à un risque accru de développement de maladies neurodégénératives.

Dans le cas des vaccins, les adjuvants à base d’aluminium provoqueraient une forte réaction immunitaire Th2. Depuis 1998, des recherches scientifiques françaises associent les adjuvants à base d’aluminium à la «myofasciite à macrophage», une maladie causée par la persistance de l’adjuvant sur le lieu d’injection. Cette myofasciite à macrophage provoquerait des troubles neurologiques.

Les adjuvants au phosphate de calcium ont été développés dans les années 1970. La réaction immunitaire induite par ces adjuvants est de type Th1 et les taux d’anticorps et la capacité d’absorption seraient, selon certaines études, supérieurs à ceux provoqués par des vaccins utilisant des adjuvants à base d’aluminium, bien que la littérature scientifique ait livré des conclusions contradictoires sur l’ensemble de ces points (Haut conseil de la santé publique, France, 2013).

La Commission entend-elle, notamment via le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies, procéder à des études complémentaires sur le phosphate de calcium comme adjuvant vaccinal?

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.