Suivez-nous
Twitter
Facebook

Déforestation, travail forcé des enfants, expropriations abusives : pour une alternative durable à la culture de l’huile de palme

12 Mai Déforestation, travail forcé des enfants, expropriations abusives : pour une alternative durable à la culture de l’huile de palme

Déforestation, travail forcé des enfants, expropriations abusives : pour une alternative durable à la culture de l’huile de palme

Explication de vote de Mireille d’Ornano :

J’ai voté pour le rapport sur l’huile de palme et la déforestation des forêts tropicales humides. L’huile de palme est l’huile végétale la plus consommée au monde, principalement dans l’industrie agroalimentaire – la part des biocarburants dans la consommation totale est en hausse et s’est établie à 45 % en 2014. L’huile de palme est mise en cause en raison de la déforestation massive de l’Indonésie et de la Malaisie, à laquelle cette culture contribuerait pour 40 %. En outre, les pratiques des sociétés productrices impliqueraient, notamment, le travail forcé, dont le travail des enfants, ainsi que des expropriations parfois abusives aux fins de l’appropriation de terres cultivables. Il faut, néanmoins, garantir une solution alternative viable à l’huile de palme, notamment en soutenant la recherche de biocarburants de deuxième et troisième générations. J’ai aussi insisté sur le soutien aux petits producteurs, trop souvent lésés par les grands groupes.

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.