Suivez-nous
Twitter
Facebook

Question écrite sur le dépistage des maladies sexuellement transmissibles

13 Juin Question écrite sur le dépistage des maladies sexuellement transmissibles

Question écrite de Mireille d’Ornano sur le dépistage des maladies sexuellement transmissibles :

En 2013, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies notait «le fardeau croissant des maladies sexuellement transmissibles (MST) dans l’Union européenne», avec une incidence de 207 cas pour 100 000 de Chlamydia trachomatis et de 17 cas pour 100 000 de Neisseria gonorrhoeae.

Ces MST, souvent asymptomatiques, sont sous-diagnostiquées en raison du manque de sensibilisation du public, puisque, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, seuls huit États membres avaient mené des campagnes de sensibilisation spécifiques.

Ce sous-diagnostic est aussi dû à l’absence de dépistage rapide et anonyme, contrairement au dépistage du VIH. Ainsi, le magazine Scientific American (mars 2017) souligne le succès rencontré par le dépistage rapide et anonyme des MST proposé dans une clinique privée de Londres.

1. L’Organisation mondiale de la santé a émis des lignes directrices révisées sur les MST (2016‐2021) au regard de l’incidence croissante et des difficultés de traitement (antibiorésistance). La Commission compte-t-elle émettre des lignes directrices actualisées?

2. Dans lesdites lignes directrices, l’Organisation mondiale de la santé préconise le renforcement du dépistage des MST. La Commission compte-t-elle soutenir le développement et la généralisation d’outils de dépistage rapide et anonyme?

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.