Suivez-nous
Twitter
Facebook

Améliorons l’étiquetage énergétique sans créer une charge administrative écrasante !

energy-1616966_960_720

25 Juil Améliorons l’étiquetage énergétique sans créer une charge administrative écrasante !

Améliorons l’étiquetage énergétique sans créer une charge administrative écrasante !

Explication de vote de Mireille d’Ornano :

J’ai voté contre le texte qui vise à réviser la directive sur l’étiquetage de l’efficacité énergétique. Il s’agit de remplacer l’échelle actuelle par une échelle dont les mentions seraient comprises entre A et G. La précédente classification avait abouti à certaines distorsions, puisque l’essentiel des produits était classés entre les mentions A+ et A+++. La Commission sera donc amenée à revoir l’échelle de classification tous les cinq ans, par acte délégué. À noter que la commission ITRE imposait des obligations encore plus strictes, applicables lorsque 25 % des produits passaient dans la classe d’efficacité énergétique supérieure A ou lorsque 50 % des produits pénétraient dans les deux classes d’efficacité énergétique supérieures A + B. La mise en place d’une base de données de produits est également proposée, ainsi que le renforcement des contrôles par les autorités nationales. Je me suis opposée à ce texte pour deux raisons principales. Tout d’abord, l’étiquetage ne prend pas en compte la consommation d’énergie générée par les transports. Deuxièmement, la charge administrative induite par ces nouvelles obligations est lourde. Elle représente 1,5 million d’euros par an pour l’ensemble de l’industrie, ce qui équivaut à environ 0,5 centime d’euro par produit mis en vente.

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.