Suivez-nous
Twitter
Facebook

Situation en République démocratique du Congo : pour une transition calme, sans ingérence occidentale

RDC Congo

25 Juil Situation en République démocratique du Congo : pour une transition calme, sans ingérence occidentale

Situation en République démocratique du Congo : pour une transition calme, sans ingérence occidentale

Explication de vote de Mireille d’Ornano :

Je me suis abstenue sur la résolution relative à la situation instable en République démocratique du Congo (RDC) en raison de l’arrivée à échéance du second mandat présidentiel non-renouvelable de Joseph Kabila en décembre 2016. Ce dernier est président depuis 2001, à la suite de l’assassinat de son père, Laurent-Désiré Kabila. Il est perçu par les Occidentaux comme un gage de stabilité pour ce pays, d’autant que ses principaux opposants sont désormais écartés. Jean-Pierre Bemba a été condamné par la Cour pénale internationale. Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi, ancien Ministre des Affaires étrangères, sont fortement antagonistes. Joseph Kabila ne fait pourtant pas l’unanimité dans son propre pays, notamment dans sa capitale, Kinshasa. Originaire de l’Est de la RDC, plus anglophone que francophone et locuteur natif du kiswahili et non du lingala, Joseph Kabila est perçu comme l’homme de main du Rwanda. Or, le Rwanda soutiendrait la rébellion du M 23 dans le Nord-Kivu. L’accord de la Saint-Sylvestre, conclu par l’intermédiaire de l’Église catholique, prévoit la cogestion du pays entre opposition et pouvoir jusqu’aux élections de 2017. Cette solution semble assurer une transition calme que toute ingérence occidentale pourrait mettre à mal.

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.