Suivez-nous
Twitter
Facebook

Corruption, droits de l’homme : l’UE utilise ces sujets pour renforcer sa politique extérieure !

europe

26 Oct Corruption, droits de l’homme : l’UE utilise ces sujets pour renforcer sa politique extérieure !

Je me suis abstenue sur le texte « Corruption et droits de l’homme dans les pays tiers ».

Sous couvert de lutte contre la politique et de défense des droits de l’homme, ce rapport vise, en réalité, à renforcer la politique extérieure de l’UE. Les principales propositions de ce rapport ont trait à l’inclusion de critères relatifs au respect des droits de l’homme dans les accords commerciaux, en la constitution d’une task-force entre les diplomaties européennes et nationales, la création d’un poste de rapporteur spécial des Nations Unies dédié à la criminalité financière et la prise en compte « des questions d’égalité des sexes » pour lutter contre la corruption liée à la traite humaine. En outre, la Commission devrait éditer des rapports de surveillance sur la corruption au sein des États membres. Le rapport traite, enfin, pèle mêle, de l’évasion fiscale et des paradis fiscaux, lesquelles devraient être davantage réglementés, de la corruption dans le monde sportif, en préconisant le renforcement des prérogatives des autorités nationales anticorruption. Il exige également de la Commission européenne une transparence accrue dans l’attribution des fonds et subventions. Ce rapport propose peu de solutions concrètes.

Les propos tenus sur ce site n'engagent que leur auteur et non pas le Parlement européen.